VU DANS LE DAUPHINÉ 

La sélection LAuRA foot réalise un beau parcours dans cette compétition. Dimanche, elle s’est qualifiée pour les demi-finales en battant l’Occitanie (4-0) à Castanet-Tolosan. Aziz Bouzit, un des trois Berjalliens sélectionnés, revient sur cette aventure.

Aziz, comment avez-vous vécu cette sélection dans la sélection de la LAuRAfoot ?

J’ai eu la chance d’y participer il y a deux ans et on avait perdu en demi-finale contre l’Ile-de-France. Je connaissais déjà des joueurs et les coachs aussi, donc mon intégration s’est bien passée. Je ne prends que du plaisir, j’ai la chance d’être titulaire et d’avoir beaucoup de temps de jeu avec eux. On rencontre des joueurs qu’on a souvent comme adversaires en championnat le week-end et là, on joue dans la même équipe ; c’est plaisant. En plus, j’ai deux partenaires du FCBJ avec moi, Jérémy (Fernandez) et Fahardine (Hassani), ça a été cool tout le séjour dans ce déplacement un peu long.

Comment vit-on un événement de ce genre ?

C’est sympa, et comme j’ai eu la chance de marquer le but du 2 à 0, je ne peux qu’être satisfait. D’autant que ce but a privé un peu l’envie de nos adversaires de revenir dans le match. C’est une expérience nouvelle, avec un peu la fierté de représenter notre région. C’est une ambiance de coupe, qui diffère du championnat. On essaie de donner une bonne image en dehors du club. C’est une autre aventure et on sait qu’on a quelque chose à aller chercher au bout. Je ne sais pas vraiment quand nous allons jouer la demi-finale. Nous, on nous a dit le 8 mai, et il y a la date du 20 mai qui circule aussi, soit avant ou juste à la fin du championnat.

« On n’a pas à calculer »

Est-ce une expérience qui peut être aussi profitable au FCBJ, pour la dure fin de saison qui vous attend ?

Comme l’a déjà dit Jérémy (Fernandez), tant que nous n’avons pas de blessure, tout va bien. Comme on joue sur des jours de repos du championnat, cela peut nous permettre de rester bien dans le rythme et d’avoir du temps de jeu. Après, la priorité, c’est le club. Notre envie est bien sûr de monter cette année. Mais on ne fait pas non plus semblant de jouer, on s’engage dans cette coupe. De toute façon, on n’a pas à calculer. Les calculs ne servent à rien. Et déjà samedi à Clermont, on devra être en mode compétiteurs, comme toujours.